Nos « contemporaines »

Les modèles ouvrant l’ère moderne de JAGUAR mais toujours dans la tradition...

L’XJ, apparue en 1968, a été le dernier modèle sur lequel Sir William LYONS a apposé sa « griffe » et comme à son habitude, il en a fait un succès au point qu’elle fut élue « meilleure voiture du monde » . Elle fut la première et durant longtemps la seule berline de la production automobile mondiale à disposer d’un V12.

Trois qualificatifs pour résumer l’ambiance d’une XJ : luxe, calme, volupté !

Les XJ « Series » (1,2,3) ont été les derniers modèles à bénéficier du fameux bloc moteur « XK » 6 cylindres (en cylindrée 2.8L ou 4.2L) tant en version « carburateurs » qu’en version « injection ».

L’XJC (déclinée également en 6 et 12 cylindres) a encore démontré les prouesses stylistiques de la marque en se voulant la remarquable interprétation d’un Coupé dotée d’une ligne très pure et dépourvu de montants centraux habituellement destinés à rigidifier la coque (technique pillarless).

L’XJ-S a eu la lourde tâche de succéder à la type E à compter de 1975. Elle a ainsi été déclinée en coupé, cabriolet et « Targa » dotée initialement du classique V12 à injection et d’un nouveau moteur 6 cylindres (3.6L).
Le modèle devant durer le plus possible, il fut décidé en 1991 de réaliser quelques retouches stylistiques sous l’appellation « facelift » complétées par l’adoption du très fiable moteur 4 litres. Lors de cette évolution l’XJ-S est devenue l’XJS...

C’est en 1986 que l’XJ40 est dévoilée avec la motorisation 6 cylindres de 3.6L ou 2.9L, puis 4.0L ou 3.2L. Elle n’adoptera le nouveau V12 à gestion totalement électronique qu’en 1993 duquel seront extrapolés 200 exemplaires exclusifs badgés « Majestic ».
A noter que l’XJ 40 a permis le sauvetage de la marque après les divers déboires liés à l’intégration de JAGUAR dans le groupe British Leyland durant les années 70.

La saga XJ (déclinée SOVEREIGN en version DAIMLER) a ensuite évolué avec les modèles X300 (en 1994) et X308 (en 1997) pour lesquels on peut estimer qu’ils représentent l’évolution ultime du dernier « dessin » du fondateur de la marque.

La berline S-type (X200) est apparue en 1998 pour amener une nouvelle clientèle à JAGUAR. Ce modèle compact, dont le style « néo-rétro » se voulait être une évocation esthétique de la vénérable MK II, fut doté de nouvelles motorisations conçues ( V6 essences, diesel et V8 -compressés ou non pour les derniers modèles) sous l’égide de FORD, propriétaire de la marque de 1989 à 2008.